Article numéro 2 Sujet : Les “lignes”  
Jeu : Tous  
Discipline : Trot  
  Hippic.fr  
 
 
    Les “lignes”... Grâce à elles, les pros du turf
gagnent souvent. Et vous ?
homme regardant avec des jumelles
Voici une stratégie de “pro” destinée à choisir un cheval pour le Jeu Simple ou une base pour vos “champs”.
Vous pouvez l’utiliser dans n’importe quelle course, pour peu que vous ayez un journal hippique sous la main.
 

Les courses de chevaux, c’est un univers sympa, de personnes de tous horizons qui partagent une même passion. Pour autant, la “camaraderie” a des limites, et les relations se font moins franches quand il y a de l’argent à gagner : chacun cache un peu son jeu, qu'il soit entraîneur, driver, jockey… ou turfiste ! Oui, lui aussi a souvent “sa” botte secrète. Vous-même, vous connaissez forcément quelqu’un qui a un “truc” très personnel pour dénicher un “gagnant” à belle cote, et qui se ferme comme une huître dès que vous lui en parlez !

Avec le C.D.C.H., c'est tout le contraire : nos tuyaux sont les vôtres ! Et en voici un fameux, pour toutes les courses de trot : faire les “lignes” est une technique pointue utilisée par les vieux loups de mer.Vous allez voir qu’elle est très logique, mais que vous n’avez aucune chance de la découvrir par hasard. La voici donc. Merci qui ?

Tirez profit de la confrontation passée des trotteurs…

     

Les trotteurs sont appelés à croiser souvent les mêmes adversaires, au long de leur carrière - à la grande satisfaction des turfistes qui les suivent. Ces confrontations ont un double avantage :

 
  puce rouge elles permettent dans un premier temps, de juger du degré de forme des concurrents, ou de leur “tenue” (résistance),
 
  puce rouge elles offrent en outre la possibilité de comparer les différentes performances entre elles : grâce à cette étude du passé, vous dressez ce que l'on appelle dans le jargon hippique des “lignes” entre les chevaux.
   

Ces “lignes” peuvent être directes ou indirectes. Patience, lisez attentivement la suite et vous allez tout comprendre…

Qu’est-ce qu'une “ligne directe” ?

 
    homme lisant le journal du PMU

Prenons un exemple avec 2 chevaux X et Y. Si avant une course, vous constatez que le cheval X a déjà battu le cheval Y, vous pouvez en déduire la “ligne directe” : X est meilleur que Y.

En effet, un cheval qui rencontre un adversaire qu'il a déjà battu, a toutes les chances de rééditer cette performance. Cette règle est valable :

Land Danover : ses performances   puce rouge si les conditions de course sont identiques (mêmes poteau de départ, même distance et recul par exemple),
  puce rouge si les courses sont éloignées de moins de 2 mois. La “ligne” n’a pas d’intérêt si un an sépare les deux rencontres…
 

Un exemple concret (ci-contre) vous permettra de constater la simplicité du principe de la “ligne directe” : Ce jour-là, un 27 avril, les 2 chevaux Land Danover et Light Up De Vonnas s'affrontent. Ils sont tous deux très joués. Entre les deux champions, lequel devez-vous privilégier ?

Pour le savoir, voyez si vous pouvez établir une “ligne directe”. Prenez un journal hippique - Paris-Turf par exemple (milieu du cahier central). Pour faciliter le repérage, le journal indique les chevaux qui se sont déjà rencontrés en capitales.

 

Etudiez les dernières performances de votre premier cheval, Land Danover. Vous constatez qu’il a rencontré Light Up de Vonnas le 9 mars à Amiens, et qu’il l’avait précédé. Il bénéficiait ce jour-là d'un avantage de 25 mètres (2 900 m de course, contre 2 925 m à son adversaire), conditions de course qui sont identiques le 27 avril (comme vous le constateriez sur la première page du cahier central couleur du journal). Vous en déduisez que Land Danover devrait battre Light Up De Vonnas. Et c’est ce qui s'est produit, les 2 chevaux prenant les 2 premières places de l'épreuve, dans l'ordre préconisé par la “ligne”…

Mais tout n'est pas toujours aussi limpide que dans cet exemple : parfois, vous pourrez établir seulement une “ligne indirecte”…

Qu’est-ce qu'une “ligne indirecte” ?

Les “lignes” font partie des secrets les mieux gardés des “pros” du turf. Le C.D.C.H. vous les livre. Vous en trouverez bien d’autres en cliquant ici
     

Mathématiquement, si A bat B, qui bat à son tour C, A devrait battre C. Aux courses c’est pareil. Il arrive que les chevaux A et C - qui vous plaisent tous les deux - ne se soient jamais rencontrés (c'est souvent le cas pour de jeunes chevaux). Dans ce cas, vous allez essayer d’établir ce que l’on appelle une “ligne indirecte” entre eux et un adversaire commun B.

Supposons que A ait battu B et que B ait battu C, vous déduisez logiquement que A est meilleur que C et que si la “ligne indirecte” se confirme, il devrait le précéder dans leur nouvelle confrontation.

Prenons un nouvel exemple concret : le 11 juin, vous hésitez entre Lourmarin et Ladakh Jiel, deux favoris du quinté. Dans la presse, impossible d’établir une ligne directe, ils ne se sont pas affrontés récemment. En revanche, vous constatez ceci :

chevaux trinquant à la victoire
  puce rouge Lourmarina récemment battu un adversaire commun, Straightup.
  puce rouge Straightupa battu Ladack Jiel.
  puce rouge Vous en déduisez la “ligne indirecte” : Lourmarin devrait battre Ladack Jiel.
 

C’est effectivement ce qui s’est passé, Lourmarin remportant le quinté du 11 juin, avec un rapport de 4 €…

Découvrez maintenant comment vous servir des lignes à meilleur escient...

Comment vous servir des “lignes” ?

homme tenant un parapluie, glissant sur une corde
     

L'étude des lignes est un élément de comparaison utilisé par les turfistes avertis. Mais attention, deux nuances méritent d'être relevées :

 
   
  puce rouge Faites les “lignes” de 3-4 chevaux maximum !
En cas de nombre élevé de partants, faire une étude détaillée des “lignes” devient un véritable casse-tête chinois. Vous aurez tellement d'équations à résoudre que vous allez vous arracher les cheveux ! Pour vous éviter ce genre de mésaventure, dressez des lignes seulement entre les principaux favoris de la course, pour mieux les comparer.

Utilisez cette technique dès que 3 ou 4 chevaux se détachent (cote plus basses, statut de favoris…), et vous découvrirez sans mal celui qui mérite d’être joué ou placé en tête de vos jeux !
 
  puce rouge Pas touche aux courses trop différentes !
Si les chevaux que vous avez comparés bénéficient des mêmes conditions de course, aucun problème, utilisez les “lignes”.

Si ce n'est pas le cas, vous devriez en théorie apporter de petites rectifications à la “ligne”. Mais ces considérations devenant nettement plus complexes, nous vous conseillons de ne pas utiliser les “lignes” lorsque les conditions de courses sont différentes…
Le principe des “lignes” peut être appliqué également aux courses de plat et d'obstacle, mais moins facilement qu’au trot.
Laissez donc ces courses de côté…

En adoptant et maîtrisant cette façon de faire, devenir un vrai pro du “papier”. Nul doute que les gagnants tomberont désormais régulièrement dans votre filet…

   
   
 
   
   
Cette “révélation” vous a été confiée par le Centre de Documentation des Courses Hippiques
(C.D.C.H.), fondé à Chantilly en 1996.